Trek EBC, 15 jours au Népal :

La plus belle vue sur l'Everest !

Comme vous pouvez vous en douter, partir au Népal n’est pas une destination qui s’improvise. On est loin du sac léger où seuls suffissent un maillot de bain, quelques affaires légères et une trousse de toilette à peine remplie. J’ai commencé à me préparer 6 mois avant le départ afin d’étaler financièrement les dépenses d’équipements. Une fois qu’on prend le départ du trek, on doit faire avec ce que l’on a sur le dos, surtout quand l’on choisit, comme nous, de faire la randonnée sans guide et sans porteur.

 

 

Avant le départ : un race pack géant !

Avant de partir il est nécessaire de faire ses choix en terme d’équipement. C’est comme un race pack géant, on doit penser à tout mais prendre uniquement le strict nécessaire. Le poids est l’élément clé.

Contenu du sac à dos :

Textile :

- 2 tee shirts manches courtes en mérinos

- 1 tee shirt manches longues en mérinos

- 1 polaire

- 1 doudoune

- 1 veste gore-tex

- 1 collant merinos

- 2 pantalons de randonnée (1 léger et 1 chaud)

- 2 brassières et 3 culottes en nylon

- 1 tour de cou polaire

- 1 casquette + 1 bonnet

Matériel :

- 1 paire de bâton de marche

- 1 paire de chaussure de randonnée

- 1 paire de sandale

- 1 duvet

- 1 lampe frontale

- 1 paire de lunette de soleil

- 1 sac de randonnée 50L+10L

Pharmacie :

- crème solaire 50SPF

- antibiotique spectre large

- paracétamol / ibuprofène / spasfon / anti-vomitif

- spray antiseptique / pansements / bande élastique

- shampooing solide (douche/lessive)

Divers :

- 1 grand sac poubelle

- sacs de congélation

- sachet de thé

- 2 rouleaux de papier toilette

- un bouquin ou iPad

- un bon paquet de barres chocolatées et sucrerie

 

Je remercie les marques Merrell, Columbia et Rudy Project de m’avoir proposé de tester leurs produits dans le cadre de ce projet. Je reviendrai prochainement sur les tests produits réalisés durant ce voyage.

 

 

Le trek : cap sur l’Everest Base Camp…

 

Quand on aime la montagne pour randonner, le Népal est vraiment une destination idéale. Plusieurs treks existent (Manaslu, Langtang, …), mais deux sont plus populaires : celui des Annapurna, et celui dit de l’EBC (Everest Base Camp.) Si celui des Annapurna est plus accessible et peut se boucler en une semaine. L’EBC offre des portions plus compliquées, des paysages à couper le souffle sur toute la chaine de l’Himalaya, et surtout l’occasion d’être au plus proche du toit du monde. Mais l’Everest et ses 8848m, ça se mérite ! Il faut en effet aller tout au bout au nord de la vallée du Khumbu pour apercevoir ce géant, entouré de sommets à plus de 8000m qui le rendent difficilement observable.

 

 

Gare au Mal Aigu des Montagnes !

Mais avant de pouvoir arriver au camp de base, il faut compter ente une semaine et dix jours de marche, qui seront d’autant plus compliqués que le mal aigu des montagnes (MAM) contraint à monter progressivement jour après jour : pas plus de 500m de dénivelé positif par rapport à la veille, et il est recommandé de dormir à une altitude moins élevée que l’altitude maximum atteinte dans la journée. La distance et le dénivelé ne sont pas les seuls « ennemis » : il faut aussi affronter le froid, qui peut atteindre même au mois de mai jusqu’à -15° au-dessus de 4000m le matin et parfois la neige, notamment à partir de la mi-journée où le temps se dégrade quasiment systématiquement. Il faut aussi composer avec des conditions d’hébergements rudimentaires.  En effet, si de nombreux logements sont présents tout au long de l’itinéraire, ils proposent le strict minimum : deux lits simples, sans électricité (la recharge est dans la salle commune et payante), sans chauffage, sans réseau, sans toilettes ni douche. Le wifi et les douches sont aussi payantes, environ 5€, et il n’est pas garanti d’avoir de l’eau (très) chaude ! L’avantage est que le logement ne coûte rien, à peine 2 ou 3€, voire gratuit en négociant, à la condition de manger le soir et le matin au même endroit. 

 

 

200 kilomètres et 25 000 mètres de dénivelé cumulé !

Pour la nourriture justement, la bonne surprise est qu’elle est plutôt bonne, les cartes sont en général identique d’un endroit à l’autre et proposent un choix qui permet de ne pas manger toujours la même chose : pâtes, burger, pizza, et le plat national au Népal, le Daal Bhaat qui regroupe une soupe de lentilles, du riz blanc, des patates et un peu de légumes verts.L’itinéraire classique de l’EBC en aller/retour dure entre 10 jours et deux semaines en fonction du rythme (notamment sur la redescente), mais il est possible de rallonger avec le trek par les 3 cols, en anglais « 3 passes EBC trek », qui permet de passer par Kongma La, Renjo La et Cho La. Surtout, il passe par le petit village de Gokyo, avec des lacs magnifiques, et dont le sommet Gokyo Ri permet d’avoir la plus belle vue sur l’Everest et toute la chaine de l’Himalaya ! Au total, il faut compter plus de 200 kilomètres de randonnées, et près de 25 000 mètres de dénivelé positif et négatif cumulés. Surtout, les cols sont des chemins très techniques, avec beaucoup de pierres, et des descentes glissantes qui ne sont pas recommandées à ceux qui ont le vertige !

 Aleen (@fin_aly_running)

 



 

A lire également :