1ère édition de la RMC Run Tonic Paris, 6 septembre 2015 :

Une copie à revoir...

Coup d'essai, coup de maître... Les organisateurs de la première RMC Run Tonic Paris auraient, à n'en pas douter, préféré cette affirmation à tous les commentaires négatifs qui ont circulé à l'issue de la nouvelle épreuve lancée sur Paris en ce début septembre.

 

1h10 de retard et 2,5 Km de moins 

 

Un premier loupé avait déjà eu lieu avant l'été puisque la Run Tonic était, à l'origine, programmée le 28 juin. Les organisateurs avaient du se reporter sur le 6 septembre. En ce dimanche de rentrée alors que l'organisation avait prévu d'accueillir jusqu'à 7 000 coureurs, ils étaient finalement quelques 1 700 à avoir réservé leur dossard. Pas mal après tout pour une première ! Malheureusement, ces runners venus découvrir cette nouvelle épreuve allaient vite déchanter. Pas de coup de pistolet à l'heure prévue. Pire encore, il leur a fallu attendre 1h10 avant de pouvoir s'élancer. Leur déconvenue n'allait pas s'arrêter là puisque le parcours sera raccourci de 2,5 Km comme en témoigne  le temps réalisé par Philippe Dheu, le vainqueur de l'épreuve :  25'17'' devant quelques 1200 coureurs (1 215 classés, nombreux sont ceux qui ont préféré aller se mettre au chaud voyant la tournure des événements). Ce qui est reproché aussi par les coureurs c'est de ne pas avoir été informés de ce qu'il se passait.
 
Un transfert de la sécurité de la préfecture vers le commissariat...

 

Face à la fronde sur le pavé puis sur les réseau sociaux, OFD Sport Organisation a écrit aux participants le lendemain de l'épreuve. Après les excuses de circonstance, l'organisateur explique la débacle par le transfert de la sécurité de la course au commissariat du XIIIème arrondissement, le vendredi précédant l'épreuve, à la place des services de la préfecture de Paris. Manque de temps, manque de bras et donc une situation d'urgence ont entrainé le remaniement du parcours. Les organisateurs, prévenus très tard le samedi soir, n'ont pas pu s'organiser. Dixit donc les marquages au sol, l'annonce des repères de kilomètres, les consignes aux signaleurs et les barrières pour réguler la circulation. Les participants ont donc leurs explications, pas sûr que cela les console malgré tout.

 

Une entrée dans une salle de sport et un invitation pour l'année prochaine

 

OFD Sport Organisation tient, dans son mail aux coureurs, à préciser que "RMC n'est en rien responsable de la production et de l'organisation de la course". La radio du groupe Next Radio TV, partenaire en titre de la course, avait sorti la cavalerie le jour J (Gilbert Brisbois, Alain Marschall, Eric Brunet, Olivier Giraud...). Pour ce qui est est de la compensation des coureurs lésés, OFD a proposé en guise de dédommagement un dossard gratuit pour "la prochaine RUNTONIC" ainsi qu'une entrée gratuite dans l'une des salles de sports du réseau Gymlib (découvrir Gymlib ici). Pas certain là non plus que ces propositions suffisent pour calmer la grogne.

 

Pas mal de choses à revoir...

 

Au delà de ces problèmes logistiques, les organisateurs de la  Run Tonic Paris devront revoir leur copie sur plusieurs points. L'idée de venir créer une alternative au deux mastodontes des 10 Km intramuros parisiens que sont les 10 L'Equipe et le 10 Km Paris Centre Nike était bonne. Afficher avec une étiquette à 30 euros un tarif au dessus de ces deux références n'était pas la meilleure des idées surtout si les prestations ne sont pas à la hauteur. Run Tonic se voulait être une course axée sur la musique. Nos testeurs et nos lecteurs, comme beaucoup de coureurs, n'ont gère entendu de son du côté d'Austerlitz en ce dimanche de début septembre. Autre point qui a déplu à beaucoup  d'arrivants, la récompense d'après course. On ne sait plus que faire de toutes ces breloques que l'on récupère sur les différentes épreuves courues tout au long de l'année. Pourtant lorsque la médaille n'est pas présente à l'arrivée, sur une course référence, il manque quelque chose. Quand en plus la médaille est remplacée par un verre en plastique garni de quelques "fraises tagadas" le compte n'y est pas... Il y a donc du pain sur la planche pour les organisateurs de l'épreuve pour (re)trouver la confiance des coureurs... et des sponsors.

 

Du positif dans tout ça ?

 

Difficile dans tout ça de trouver de quoi rester positif. Il y a pourtant de quoi garder espoir et souhaiter que cette course s'inscrive durablement au calendrier. Tout d'abord, la localisation de l'épreuve, à côté d'Austerlitz et de la Cité de la Mode, permet de découvrir un parcours où les classiques parisiens ne s'aventurent pas. En terme de communication, en générant une image fun et colorée la Run Tonic avait trouvé un positionnement plutôt intéressant. Au delà des tourments le jour de la course, la capacité des bénévoles à garder le sourire et leur sens de l'accueil a également été apprécié. Le ravitaillement de fin de course et l'organisation des SAS de départ sont aussi des motifs de satisfaction. A noter par ailleurs l'efficacité de Protiming qui a délivré les résultats dans la demie heure qui a suivit la course. Pas rancunier, Greg, un de nos représentants sur l'épreuve, conclu de manière positive : "Je ferai à nouveau parti des participants l'an prochain. Je suis curieux de faire la deuxième édition pour voir si les choses s'améliorent et pourquoi pas battre un record personnel sur un parcours sympa qui est relativement roulant !" Bravo pour cette capacité à garder la banane. Messieurs les organisateurs à vous de jouer !


Crédit Photos : RMC Run Tonic Paris


Commentaires : 2
  • #2

    ROMAIN (dimanche, 20 septembre 2015 09:44)

    Tout cela n'est pas faux, un gros manque en matiere d'animation sur le parcours et durant l'attente in cruel manque d'imagination pour combler le vide de l'attente (que faisait le coach échauffement? ... ). Les foods trucks n'étaient pas tous au courant des 3 euros promis sur le dossard dans les foods trucks et d'autres n'ont pas joué le jeu...

  • #1

    TOURILLON Jézabel (dimanche, 20 septembre 2015 09:41)

    Bonjour,
    J'ai participé à cette première édition. Il est vrai que cela n'a pas été le top. Surtout quand il faut attendre à l'ombre par 12 degrés.
    Le manque de musique est bien dommage.
    Le verre, avec quelques bonbons, n'est pas génial comme récompense.
    Pourquoi ne pas proposer des barres de céréales, de l'eau (je n'en n'ai pas eu) et autres plaisirs à l'arrivée.
    Je souhaite bon courage pour l'organisation de la prochaine édition et espère pouvoir y participer.
    J'espere

A lire également :