3h45 au marathon de Paris 2019 :

Une course d'équipes !

Le 14 avril 2019 je me suis lancée sur mon troisième marathon en douze mois, mon premier marathon en équipe. Alors non, je n’ai pas couru les 42,195km collé serré avec mes « coéquipiers » car les team dont je dépend sont trop nombreuses et les niveaux entre coureurs des différents équipes fluctuent. Par contre, dans mes baskets, dans mes jambes et dans ma tête nous étions nombreux.

Le compte rendu d’un marathon ne se résume pas au récit de la course, car selon la préparation les retours sont relativement similaires : au départ nous sommes ultra bouillant (malgré les 2 degrés de l’édition 2019), on apprécie le petit détour vers Opéra (on déteste tous Boulogne alors autant rester dans Paris), tout va bien puis un coup de mou dans la fenêtre comprise entre les 32 et 35ème kilomètres. Ca devient plus dur mais on s’accroche (avec ou sans pause) et on s’arrache jusqu’à la borne 40 où là on sait que rien ne pourra nous empêcher de passer la ligne d’arrivée. L’ambiance du Marathon de Paris est exceptionnelle, les gens nous portent sur 42,195km, scandent nos prénoms, hurlent de joie et nous soutiennent quand notre visage trahit la fatigue. Les proches sont souvent placés sur les kilomètres stratégiques (en cas de dépôt d’une veste, en cas de coup de mou au km 32, pour faire le lièvre sur 5 ou 10 bornes…). Le mur du kilomètres 30 est un mythe destiné à faire peur, il n’existe pas, il suffit de gérer son apport en glucide, de prendre tous les « ravitos » en eau et de manger (« Pom'Potes" pour ma part) régulièrement. 

 

Je ne me voyais pas repartir, et pourtant…

Pour moi le Marathon ne se court pas le jour de la course, il se court pendant les 12 à 14 semaines de préparation. Les semaines où l’entrainement me fais franchir 100 fois la ligne d’arrivée lors des séances de fractionnés difficiles. Les semaines où j’ai le soutien de mes proches, de mes copines, de mes équipes. Cette année j’ai eu la chance d’intégrer la Team Stimium pour le Marathon de Paris. Je reconnais que je n’avais pas prévu de participer à l’épreuve, ayant fait Florence fin novembre 2018 après Paris 2018. Je ne me voyais pas repartir sur une telle préparation et une telle course en Avril 2019 et pourtant… Dès le 7 janvier nous avons été conviés par Stimium pour une première séance : rencontre avec les membres de la marque, les futurs marathoniens, le coach (Samir Dahmani) et Clémence Calvin, la marraine de la Team. J’ai découvert le test VMA, le fractionné et de grands athlètes. Pendant 14 semaines cette équipe nous a tenu la main, soutenu quand la préparation devenait dure (Semaine 7 -8), quand il y a eu des blessures, des grippes et des coups durs.

 

Les messages d’encouragement de l’équipe « EnBaskets » !

En plus de cette équipe ultra motivée et bien organisée, j’ai mon équipe EnBaskets. Elle se compose de huit filles (Alice, Aline, Delphine, Stéphanie, Sylvie, Aurélia, Magalie et Caroline) toutes motivées, sportives et un peu barjots. Nous sommes quatre au départ de Paris 2019 : Delphine, Stéphanie, Magalie et moi-même. Aline s’est présentée au départ du Marathon de Rotterdam 2019, première finisher qui nous a donné un énorme coup de boost à J-7 de notre marathon parisien. J’ai pu faire des entrainements de fractionnés avec elles, j’ai eu les messages d’encouragements quand l’entrainement, la fatigue, la pression professionnelle étaient trop durs. Les coups de boost pour les runs sous la neige et la pluie.

 

Run Happy Team : jamais deux sans trois…

Jamais deux sans trois, ma troisième équipe est celle de la Run Happy Team, constituée plus récemment. Tous les membres m’ont encouragé avant le départ, et pendant la course. Des messages qui boostent pour faire trembler les pavés parisiens ! Enfin j’ai mon fan club, toujours présent, qui sacrifie leur temps, ne lésine pas sur les encouragements, hurle sur le parcours et saute de joie quand je ramène la médaille : mon mari et mes deux fils. La préparation marathon est une histoire de famille et je leur dois cette belle médaille.

 

Suivez nos shorts #EnBasketsX !

Partir avec une équipe ou plusieurs comme ce fut mon cas, m’a permis de tenir sur cette troisième préparation marathon. J’ai vécu une course incroyable, j’ai flanché au kilomètre 34, j’ai pleuré de douleurs au semi et j’ai accéléré au panneau 40. Grâce à mes coéquipiers j’ai réussi à franchir la ligne d’arrivée du Marathon de Paris 2019 en 3h45’32. Nous avons tous passé la ligne d’arrivée du marathon de  Paris. Certains ont décroché leur record personnel, certains ont passé leur première ligne d’arrivée, certains ont gagné leur médaille à force de résistance à une blessure…tous nous y sommes arrivés. Attention partir avec des équipes met aussi un énorme coup de pression, il ne faut pas les décevoir ! Pour 2019, je repars sur le Marathon de Valence et je ne pars pas seule, j’embarque quatre co-équipières de l’équipe EnBaskets et les autres pour nous encourager sur le parcours, alors suivez nos shorts : #EnBasketsX car je pense que Paris2020 va encore trembler sous nos chaussures !

 

 

 

@candice_en_baskets

 

A lire également :