2h54 au marathon de Paris :

Tellement fier de moi !

Pour mon 2e marathon, je m’étais fixé un objectif ambitieux et je n’ai rien laissé au hasard pour l’atteindre : passer sous la barre des 3 heures. Vu le résultat de mon premier marathon l’année dernière à Bordeaux (3h05’59), c’était envisageable mais je voulais tout faire pour y arriver. J’ai donc attaqué une préparation de 16 semaines. Beaucoup m’ont dit que c’était beaucoup, mais finalement ça s’est avéré payant !

 

Durant tout ce temps, je n’avais qu’une hâte : m’élancer sur la ligne de départ. Déjà quelques jours avant la course, la pression, ou plutôt l’excitation était là, surtout en allant chercher le dossard au salon du running. Jusqu’au jour J, j’étais à 100 % dans la préparation, réveil à 5 heures, un bon petit-déjeuner, une petite séance de Yoga pour chauffer les muscles et c’est parti pour les Champs Élysées. Déjà beaucoup de monde sur place. Le temps passe super vite, tout juste le temps de s’échauffer, et je prends place dans mon SAS préférentiel.

 

 

Un chrono qui reste à l’arrêt…

Départ 8h25, je me rends compte au bout de 1,5 kilomètre que mon chrono était en pause, donc aucune idée de l’allure à laquelle j’étais parti. Je le remets en route et là j’étais à 15 secondes au kilo plus vite que prévu. J’essaye de ralentir un peu la cadence mais ça n’est pas évident. J’essaye de suivre les temps de passage sur mon bracelet Asics récupéré au salon du running, avec un peu plus de deux minutes d’avance les temps de passage (prévu avec une marge déjà à 2h55), me disant que j’aurais un peu de marge pour la fin de la course si je faiblis un peu.

 

 

Les derniers kilomètres sont durs !

 

Finalement les kilomètres passent, j’arrive à tenir mon rythme quasi toute la course, 30e, 35e, je suis toujours bien. Les 3, 4 et les derniers kilomètres sont vraiment durs. De moins en moins de jambes, j’essaye de tenir au Max le rythme, mais je sais qu’avec l’avance que j’ai je passerai sous 3 heures. Ma femme et ma famille ont été présentes tout le long de la course, et les voir au 40e m’a beaucoup aidé à tenir les deux dernières bornes. En passant la ligne d’arrivée, je vois affiché au-dessus de moi 2h54. Tellement fier de moi, plus de jambes pour continuer mais je l’ai fait et même bien au-dessus de ce qui était prévu. Des conditions idéales pour de Marathon, une ambiance de folie tout le long, et un plan de course suivi à la perfection. Je garderai pour toujours un souvenir de cette course. Et maintenant place au prochain…

 

@Ninho_run

 

A lire également :