Benoît Laval (Raidlight) :

"Je ne pouvais pas ne pas y être..."

Véritable touche à tout, Benoît Laval, le patron de Raidlight multiplie les expériences trail - running à travers le monde (en haut, Tapei 101, à droite, vol au dessus du Mont Fuji).


 Il sera au départ. Malgré une luxation de l'épaule survenue il y a quelques jours, Benoît Laval patron - coureur de la marque de trail Raidlight, s'alignera sur La Verticale de la Tour Eiffel, course ascensionnelle organisée pour la première fois au sein du phare parisien. Coutumier de ce genre d'épreuves, Benoît Laval, nous fait part de son enthousiasme et distille quelques conseils aux quelques coureurs amateurs, désignés lors d'un tirage au sort, qui auront la chance de se mêler au élites vendredi soir.

 Paris Road Runners : Quels sont vos objectifs principaux en 2015 ?
Benoît Laval 
:Je ne sais pas encore ! J’avais une petite tendinite aux deux tendons rotuliens, et j’attendais de voir comment ça évoluait avant de commencer à rêver de courses… Ça va mieux, le programme se construit. Il se construit aussi naturellement au gré de mes « obligations professionnelles » de Raidlight, mais comme tu vas le voir, ce n’est pas réellement une contrainte, ça n’est qu’un avantage pour découvrir de nouveaux horizons de course.

En février, j’ai fait un Trail de 42km en Inde (Runn the Rann), c’était une reprise. En avril je vais en Turquie courir un 42km Trail (Iznik Ultra) pour faire de la promotion pour notre distributeur local. J’irais certainement courir le 42km ou 120km de l’UTRB (Ultra Trail Raidlight BeachComber) fin juillet à l’île Maurice dont nous sommes partenaires phares. Puis comme nous sommes devenus partenaires du Grand Raid de la Réunion, je vais au moins y faire le Raid de Bourbon, et plus si entraînement OK… J’ai aussi une course au Japon à faire tous les ans, et je ne manquerais pas de rajouter quelques belles courses en France, mais je n’ai pas encore choisi…

PRR : Concernant La Verticale Tour Eiffel, quelle est votre expérience de ce type de course ?

BL : J’ai toujours fait pleins de choses atypiques en course à pied, mêlant le Trail aux 100km, du 10km et de l’ultra, etc… pour tout découvrir. Et ces montées d’escaliers, j’ai, bien entendu, eu envie d’y goûter… Vers 2002 j’ai été faire l’Empire State Building à New York, THE MYTHE, et j’y suis retourné deux fois. J’ai aussi couru la tour 101 à Taiwan (101 étages…), il y a deux ans, une course énorme avec 5.000 coureurs. Et puis la montée de la tour First à Paris l’an dernier.

 

PRR : Le fait que la course se déroule dans un tel endroit a-t-il compté dans votre décision d'être au départ ?

BL : Ah oui ! je ne pouvais pas ne pas y être ! C’est extraordinaire de monter la Tour Eiffel ! Il y a une trentaine de montées d’escaliers dans le monde chaque année, mais les seules qui m’intéressent sont celles qui sont extraordinaires, sinon il n’y a pas réellement d’intérêt si c’est uniquement pour l’intérêt « sportif ».

 

PRR : Contrairement aux tours d'immeubles, l'épreuve se déroulera en "extérieur", selon vous cela a-t-il son importance ?

BL : Je ne sais pas encore ? Mais c’est certain que, dans les tours, on chauffe rapidement. Cependant, je ne doute pas que l’on soit aussi dans le rouge tout le temps…

 

PRR : En tant que patron-concepteur-testeur de marques Outdoor (Raidlight - Vertical), quel sont vos conseils en terme d'équipement sur une course de ce type ? Existe-t-il des produits spécifiques au sein de vos marques qui sont utiles à ce type d'épreuve ou au "city trail" ?

BL : On pourrait argumenter plein de choses marketing là-dessus, mais franchement il n’y a pas d’équipement type pour ces courses. Tout comme le city-trail est pour moi un concept d’équipement assez « incompréhensible »… Mais par contre j’aime bien les Trails urbains. Pour la Tour Eiffel, il faut bien évidemment partir léger, mais rien de spécifique.

 

PRR : Quels conseils donneriez-vous à un néophyte sur ce genre d'épreuve (gestion de l'effort, gestion FCM, posture, ravitaillement, rythme...)

BL : Évidemment ne pas partir trop vite. L’effort sera court, entre 7-8mn pour les premiers et un quart d’heure pour les derniers, mais il ne faut pas exploser les cuisses dans les premiers étages. De toute façon, pas de risque, elles seront à bloc avant la fin de la montée. Le mental est prédominant. Le cerveau sera dans le rouge avant le 1er étage, et ensuite il faut tenir. Sur un tour, on voit les étages défiler rapidement, mais il y en  « beaucoup », là ce sera différent, seulement 3 étages, et il faudra donc savoir se concentrer et tenir avec moins de repères.

 

PRR : Avez-vous personnellement une gestion particulière de ce type d'épreuve et notamment de votre rythme cardiaque ?

BL : Sur un effort intense comme cela, pas besoin de se soucier de la FC, elle sera maximale, et pas de ravitaillement non plus…

 

PRR : Avez-vous évalué le temps nécessaire à cette ascension ?

BL : Cela va se gagner entre 6 minutes 40 secondes et 7 minutes environ. Moins de 8 minutes 30 secondes seront très bien pour moi…


PRR : Quel est votre objectif au niveau classement ?
BL : Je n’étais pas en très grande forme, et il y a deux semaines, je me suis déboîté l’épaule, luxation, normalement 3 semaines d’immobilisation du bras. J’ai repris plus tôt en home-trainer et step, mais je n’ai pas fait ce que j’aurais voulu… Le problème que cela va me poser, c’est de voir si je pourrais avec mon épaule m’accrocher à la rampe pour me tirer. Et à 42 ans, ça devient plus dur de se lancer efficacement sur des efforts aussi violents, mais ça va le faire... Aussi vu que se sont 40 coureurs sélectionnés, ça va être très relevé… Finir dans la première moitié serait finalement très bien… De toute façon, je le ferai à fond, pour complètement l’apprécier… Au moins, pas de pression, je serais simplement content d’y être !


Benoit Laval express

 

42 ans

Chef d'entreprise, ingénieur textile, sportif passionné

PDG de Raidlight-Vertical SAS

Palmarès

 

TRAIL :

  • 1 sélection en équipe de France de Trail
  • Vice-Champion de France de Trail
  • Vainqueur de 3 manches du Championnat de France
  • Vainqueur de l’Annapurna Mandala Trail
  • 2°, 4°et 5° au Grand Raid de la Réunion 
  • 9° au MARATHON DES SABLES 
  • 11 victoires au DEFI DE L’OISANS 

 

COURSE SUR ROUTE / ATHLÉTISME :

  • 5ème au Championnat de France des 100km
  • 13ème aux 100km de Millau

www.raidlight.com/fr/




Benoît Laval est coutumier des course verticales. Il a même multiplié les expériences aux quatre coins de la planète.


Commentaires : 1
  • #1

    papa (jeudi, 19 mars 2015 19:37)

    comme quoi tu as été bien "élevé". En avant...marches!

A lire également :